mercredi 6 juin 2012

Marathon d’Édimbourg: par amour tout court


Il m'en a fallu de l'amour, mais aussi du courage, beaucoup de mental et d'humilité pour arriver au bout de ce deuxième marathon couru deux ans et demi après mon premier à Toulouse.
Petit rappel:  avril 2011, je prépare mon marathon de Milan, je me blesse, je le cours en relais seulement, je programme un marathon d'automne, je me blesse à nouveau en juillet, je suis maudite!
Décembre, je tombe sur une pub du marathon d’Édimbourg sur JI,j'adore cette ville! Je "valide"mon envie avec les photos de PConvert, je m'inscris juste avant la fin de l'année en prévoyant de le préparer pour faire 4h.
Fin janvier, je me blesse au pied (eh oui!), aponévrosite plantaire pied Gauche avec fissure, arrêt CAP de 2 mois avec vélo en compensation, ondes de chocs, reprise début avril avec un marathon fin mai.
Prépa: je reprends le plan de Fred pour Milan mais sur 7 semaines, le temps presse. Hors de question de faire 4 séances, je suis convalescente. Ce seront donc 3 séances CAP + 1 séance vélo par semaine avec des sorties longues de 1h30 à 2h15 maxi et un volume hebdo de 42 maxi. Je n'ai pas le droit de faire de VMA pour préserver mon pied encore fragile, je me contente de travailler quelques allures un peu plus soutenues,  oui c'est light! Plus question de viser 4 h, ce sera pour plus tard.
Début mai, gros souci perso, je suis au fond du gouffre, je ne sais pas comment je vais pouvoir courir ce marathon dans 3 semaines, je ne dors presque pas, je mange peu mais je m'accroche. Je ne peux rater cette course, ce sera une récompense si j'arrive au bout!
Nous partons pour une semaine en Écosse le jeudi précédant la course, je suis heureuse de changer d'air mais je ne suis pas du tout dans la course. Je croise la famille Convert par Hasard Princes Street quelques heures après mon arrivée, pas de doute, il y a un marathon bientôt!!! J'essaie tout de même de me préserver et de ne pas trop me fatiguer les vendredi/samedi mais on se balade pas mal.
La course: je dors mal depuis mon arrivée, notre hôtel est bruyant , pas top pour être en forme. Contrairement à Toulouse, je ne stresse pas du tout, j'ai seulement le sentiment d'être fatiguée et d'avoir les jambes raides. Malgré tout, il me tarde de courir ce marathon, je l'ai attendu si longtemps...
Il fait un temps magnifique sur Édimbourg en ce dimanche 27 Mai, il y a du monde partout, la ville est joyeuse et contre toute attente, moi aussi et un peu émue également.
Le départ est donné à 10h, j'ai décidé de courir en endurance + comme je l'ai fait lors de mes SL, entre 9.5 et 9.7 km/h. Si je veux tenir, je n'ai pas le choix. Les premiers kms défilent tranquillement dans une belle ambiance. Les animations se font rares mais le public est tellement généreux et plein d'entrain que cela suffit pour nous donner de l'énergie. Je prends tout ce qui passe: un regard, un sourire, un "keep on running, go go go!" Il fait un soleil magnifique mais la température est douce. Je bois beaucoup et je prends bien soin de choper un mini bouteille à chaque ravito pour remplir au fur et mesure mes bidons. Je n'ai pas très faim mais je me force à avaler un gel au 12ème en 3 fois, je ne veux pas me retrouver OUT à cause d'un mauvais ravito.
Jusqu'au semi, tout va bien, le parcours est en pente légèrement descendante, nous atteignons le bord de mer vers le km 10 , seule ombre au tableau: le bitume est d'une qualité déplorable, moche et traumatisant, impossible de courir cool sans regarder où on met les pieds, c'est assez usant, très différent de nos bitumes français. Je passe le 10ème en 1h01 (trop rapide) et le semi en 2h10.
Après le semi, les chose se corsent un peu pour moi. Tout d'abord, le parcours devient une immense ligne droite et on commence à croiser les premiers, ça me sape le moral, mais je me reprends. Il commence à faire chaud mais je supporte assez bien contrairement à d'autres coureurs qui commencent à marcher ou pire à comater dans les fossés, il me faut rester concentrée!
Au 25ème, cela devient dur (déjà!). Mes quadri donnent des signes de faiblesse, il est bien trop tôt, il me reste 17 bornes! Je m'oblige à tenir les 9,5 km/h jusqu'au 30ème et après on gèrera. ça marche! Peu après le 30ème, je me retrouve dans la position "retour" et mon moral se rebooste quelque peu. Je croise Latortue et sa fiffille dans l'autre sens, ça fait du bien de voir un visage connu, d'échanger quelques mots, mais mes quadri sont de plus en plus durs et douloureux. Bon, le voilà le manque d'entraînement, dans mes cuisses.
A partir de ce 30 ème que je passe en 3h16, ma course va être du 100% mental! Je n'ai aucune autre défaillance, j'ai du jus, pas de problème au ventre, mon pied est ok, mon cœur bat à un rythme hyper cool mais j'ai du plomb à la place des cuisses. Je m'interdit de marcher jusqu'au 35ème, puis chaque km couru est un km gagné, je sais que je ne repartirai pas si je marche.
Mes temps de passages sont de plus en plus lamentables, je m'accorde (à défaut de marcher) un km très lent entre le 35 et le 36 (6'53), puis je retrouve un peu d'énergie. Nous revenons vers la ville et le public est à nouveau génial, je sais que je finirai ce marathon en courant!
Au 40 éme, il me reste 13' pour finir en moins de 4h30 à ma montre! Une spectatrice me félicite en me disant que je suis une "fantastic girl", je ravale mes larmes et profite de ce dernier km qui me mènera enfin au bout de cette course tant espérée! Je suis heureuse d'être là mais tellement fatiguée! Je franchis la ligne en 4h29'39 à ma montre pour 42.400 km.
Mon temps officiel est de 4h30'01, soit 14' de plus qu'à Toulouse. ça y est, je l'ai enfin couru ce marathon écossais mais que ce fut difficile. Je suis encore toute étonnée du mental que j'ai eu sur cette course bien plus compliquée qu'à Toulouse, mais tout aussi belle. Le chrono n'est que très peu important cette fois -ci et j'en suis super fière! J'espère seulement ne pas attendre encore 2 ans 1/2 pour en courir un nouveau!
Bilan de la course: avec une prépa comme la mienne et le peu de kms depuis janvier, je suis contente. Mes douleurs aux quadri  sont typiques d'un entraînement hyper léger mais aussi d'un manque de fraîcheur due à un manque de sommeil.
J'ai beaucoup bu, mais mangé que 2 gels GU, 3 pastille de dextrose. Je n'ai pas ressenti de coup de mou.
Le parcours du marathon (contrairement à la présentation officielle) n'est pas si facile que cela: Pente descendante jusqu'au semi mais une succession de petit faux plats montants et descendants le reste de la course, des lignes droites à n'en plus finir, assez usant lorsque l'on court tout seul (Bibiche, tu m'as manquée ;o) et enfin comme je l'ai dit précédemment, un bitume de très mauvaise qualité, ce qui sur 42  kms a sa petite importance
En Bref, un merveilleux et émouvant souvenir, une revanche enfin prise sur les bobos du corps et de l'âme. Nathou♥
Grosse fatigue  et coups de soleil, même en Ecosse :((

lundi 7 mai 2012

Un rattrapage s'impose!

Par où commencer?

Le lendemain de la rédaction du dernier article, le jour de la Saint Valentin, j'ai fait une séance de fractionnés sur 800m et mon talon n'a définitivement pas aimé.

J'ai passé la soirée sur des talons pour me soulager, mais le lendemain, il m'a fallu me rendre à l'évidence et prendre le taureau par les cornes: j'ai une aponévrosite plantaire et il va falloir faire quelque chose de sérieux si je veux m'entraîner à nouveau régulièrement.
Je suis donc partie sur le long chemin qu'est la visite à la clinique du Sport ( le 13 mars seulement) où se trouve mon nouveau doc du sport depuis Novembre, j'ai fait sur place une écho qui a confirmé le diagnostic clinique: aponévropathie d'insertion avec fissure de 1 cm en surface, épaississement du tendon etc...

Pas de quoi être super pessimiste mais il faut soigner et changer mes semelles qui sont beaucoup trop agressives pour mes talons.

Me voilà donc rentrant à la maison avec une ordonnance pour le podo et  une autre pour 6 séances d'ondes de choc. Nous sommes le 13 mars et cela fait un  mois que je compense en faisant du vélo, mes quelques tentatives de Sorties courtes en CAP m'ont laissée désespérée. Entre temps, j'ai aussi fait extraire une dent de sagesse qui m'embêtait depuis longtemps...

Le 15, je fait  ma 1ère séance d'ODC, je m'en souviendrai de celle-là!

J'ai le droit de courir 1 heure maxi par semaine d'après mon doc mais le kiné me l'interdit pendant les 3 premières séances.
Je continue donc le vélo de route, le VTT e ou encore le vélo en salle lorsqu'il fait trop moche.
Par miracle, les ODC se révèlent très vite efficaces et je recours 30' par ci, 35' par là jusqu'au 3 avril date de la dernière séance.
Le kiné m'impose 48heures d'attente et reprise progressive sans autre retenue que la douleur bien entendu. La reprise se passe assez bien, avec un tendon bien chaud après la séance, mais je glace systématiquement 3 x jour chaque pied pour éviter à l'autre de subir le même sort!
J'étire mes pied aussi par des séances de 10 x 20", 2 x par jour ainsi que toute la chaîne postérieure, je ne m'ennuie pas!!!

J'arrête là les détails sur mes soins qui sont toujours quotidiens aujourd'hui. J'ai de nouvelles semelles depuis début avril et après une semaine de reprise progressive, j'ai attaqué ma prépa marathon pour Edimbourg qui se déroulera le 27 mai prochain.

Préparation est un bien grand mot dans mon cas car avec le faible kilométrage depuis fin janvier et le fait que je n'ai pu commencer cette prépa que 7 semaines avant l'échéance, on va plutôt parler de bricolage!

Me voilà donc partie avec le plan que Fred m'avait fait pour Milan mais avec seulement 3 séances par semaine, la 4ème en endurance étant remplacée par du vélo.
Il est hors de question pour moi de foncer tête baissée dans du grand n'importe quoi.
Je dois gérer ma blessure qui est toujours là, respecter une progressivité dans ma reprise si je ne veux pas me prendre un gros mur dans la tronche avant même le mur du marathon! Je prends donc la base de mon plan en le respectant au niveau de la durée mais revoie toutes mes allures à la baisse, ayant l'interdiction formelle de refaire de la VMA jusqu'à nouvel ordre.

Du coup, les premières séances passent assez bien, je souffre beaucoup moins et pour cause!
Malgré tout, ça fait tout de même bien drôle de reprendre ces 3 séances semaines avec une sortie longue le WE!
 Mon pied tient le coup, encaisse sans trop râler l'accumulation des sorties et plus le temps passe, plus il se montre docile.

Mon doc voulait me revoir avec écho à l'appui 1 mois après la dernière séance dODC, c'est fait!
J'y suis allée Jeudi 3: l'écho montre un tendon encore un peu épais mais en cicatrisation certaine.
Plus de fissure, tout va bien! Mon doc est content, les ODC ont fait leur boulot et moi, j'ai trouvé ce traitement super!

J'ai donc le droit de courir mon marathon et ça c'est ce que je voulais.
Je ne me mets aucune pression, je vais le courir au feeling, comme je cours mes sorties longues du moment. Le chrono, j'y penserai plus tard, l'essentiel n'est pas là aujourd'hui. Après plus d'un an sans dossard, je prépare me retour avec beaucoup d'envie et de sérénité, même si mon pied est encore fragile, je le sais et je le bichonne!

lundi 13 février 2012

Au secours, mes pieds!!!

Tout d'abord, pour commencer la semaine , 2 articles pas très glamour, mais utiles:


Un runner Kenyan amputé:
Marco Cheseto, un athlète kényan vivant aux Etats Unis vient d'être amputé des deux pieds. Cheseto, 28 ans, avait disparu pendant deux jours du Campus de l'université d'Alaska où il s'entraînait. Ne portant que des shorts et  un tee-shirt,- une véritable aberration lorsque l'on connaît la rudesse du climat de l'Alaska-, il a semble-t-il erré avant d'être retrouvé par les secours. Ses chaussures avaient gelé et les médecins n'ont donc pas pu sauver ses pieds. Cheseto qui traversait, selon les autorités locales, une période personnelle difficile, assure vouloir se concentrer désormais sur le travail communautaire au Kenya. (source: Runners.fr)


Qu'est-ce qu'une Engelure? 
C'est une lésion de la peau sous forme de plaque rouge, qui apparaît quand il fait froid et humide, aux endroits mal protégés. Cette plaque a tendance à enfler et à devenir douloureuse avec une sensation de fourmillement et de brûlure. Incités à sortir par tous les temps, de nombreux sportifs ont des problèmes d'engelures en hiver, et les femmes y sont encore plus exposées que les hommes car plus sujettes aux problèmes circulatoires. Si vous avez souffert d'engelures, prenez les mesures nécessaires pour les éviter, Sinon, vous en aurez chaque année(...).
Habituellement, c'est sans danger mais cela peut entraîner des démangeaisons et devenir douloureux. En principe, les engelures disparaissent au bout de quelques semaines, mais si vous ne les soignez pas, elles peuvent se transformer en cloques qui dégénèrent en ulcères. Elles peuvent même entraîner une perte de sensibilité parfois irréversible.(source: esprit trail N° 45, janv/fev 2012.)


Bon ok, le premier article relate un cas extrême, mais le second résume malheureusement ce je vis tous les hivers depuis que j'habite en Gironde et une fameuse sortie VTT l'hiver 2004/2005. Depuis, quoique je fasse j'ai des engelures TOUS  les hivers et j'en bave! Le pire, c'est qu'elles apparaissent non pas en courant, mais après une sortie vélo mais surtout lors des entraînements que je dirige les mercredis à rester sans bouger ou presque sur le stade. J'en suis à tel point que je viens de décider d'arrêter à la fin de la saison.
Après 5 saisons de bons et loyaux services, stop, j'arrête, je souffre trop.

Donc, depuis une semaine, j'en ai une sur les second orteil pied gauche et une sur le 3ème orteil pied droit et celle-ci n'est pas belle du tout!
Heureusement, cela ne me gène pas pour courir. J'ai tout essayé: bottes fourrées, chaussures à semelles épaisses, chaussettes chaudes, rien à faire, j'y ai droit tous les ans!

A part ça, en vrac:
* 2 séances en salle lundi et vendredi avec pilates et muscu, 1h45 en tout.
* 3 séances CAP (VMA, footing, séance longue avce 3 km allure marathon) : 31 km et 3h12
* 1 h d'étirements à la maison en 2 fois.
* Soin de mon talon/ aponévrose avec mon galet de massage, sorte de mini mini ondes de choc, efficace, gaulthérie, glace quand je peux car mon congélo ne glace plus mes cold pack, trop froid dans le garage.
Une semaine moyenne à cause de mes pieds en commençant par mes orteils et en terminant par mon talon, mais le redoux est là, on y croit!


















lundi 6 février 2012

Je veux du soleil !!!!

Du vrai, du chaud, du brûlant! Non décidément, je déteste l'hiver, le vrai, le froid, le triste...

Lundi: cela fait 2 jours que je me suis fait mal au dos sur mon VTT mais avec ma bouillotte dans le bas du dos 3 fois 1 heure par jour, ça se décontracte, ça s'assouplit, il y a du mieux. En me levant, je suis encore bien raide et toute douloureuse. Je vais cependant à la salle pour mon cours de Pilates en précisant à Julien que s'il me voit squizzer certains exos, ce n'est pas parce que je suis feignasse, mais bien parce que j'ai maaaalllll!
Finalement, je me concentre un max pendant ces 45', ça passe bien et cela me fait "beaucoup du bien"!
Je passe le reste de la journée au chaud avec ma bouillotte,mon thé vert bio, mon talon dans la glace;
je cocoone à mort!

Mardi: il commence à faire froid. Mon talon et surtout mon dos sont encore super sensibles, je remplace ma séance de côtes prévue par du vélo en salle. Pendant 50', je pédale en alternant vélocité et force, c'est un peu monotone mais ponctuellement, j'aime bien et je tiens à me préserver plutôt que me blesser, désormais ce sera comme ça! 10' d'étirements et je file au sauna pour terminer cette belle séance, j'ai bien travaillé les cuisses!

Mercredi: repos, mais je dois aller au stade encadrer mes poussins, je n'en ai aucune envie. Il fait très froid mais contre toute attente, ce sont quelques 15 têtes à claques (!) qui débarquent plus motivés et excités que jamais! Je me gèle pendant toute la séance, mes pieds sont transformés en glaçons!
Et l'horloge tourne si peu vite qu'avec mon assistant, on se demande si le temps ne s'est pas figé! Je rentre me mettre au chaud aussitôt la séance terminée!

Jeudi: bon, c'est carrément la cryothérapie assurée si je sors courir. Il fait -3°C à 15h lorsque je pars , mais j'ai envie d'y aller, cela fait une semaine que je n'ai pas mis mes runnings et il fait beau, je ne vais rater le soleil: 3 couches en haut, 2 en bas, je pars sur le front de mer avec le vent de face, c'est horrible!
Dès que je le peux, je m'éloigne du bord de l'eau et reste au soleil en faisant des A/R sur l'Avenue Pereire. Tant pis, il n'y a que là que c'est à peu près agréable. Je n'ai pas froid mais mes muscles sont terriblement raides et le pantalon fluide sur le collant, ça ne va pas du tout. Je cours 1h à 8.5 km/h (et oui!) sans pouvoir faire mieux. Pas grave, je suis sortie, j'ai couru, c'est l'essentiel. Mon plan prévoyait une séance pyramidale comme jeudi dernier, mais bon, mon plan est sérieusement mis à mal depuis le début! Cette séance m'a redonné la pêche et le sourire.

Vendredi, j'ai plein de choses à faire, je zappe le cours de Body Balance de 10h30, ce sera donc repos  sportif, même chose pour Samedi. Je n'ai presque pas vu Alain de la semaine (en déplacement à Valence d'Agen, Lyon et Grenoble, retour à 23h vendredi), je reporte à Dimanche ma sortie un peu plus longue.Il fait pourtant un beau soleil et ils prévoient de la neige dimanche, mais je n'en crois rien. En attendant, nous profitons bien de notre journée♥

Dimanche: quand j'ouvre les volets à 9h, il y a de la neige!!! Oui!!! Les chats sont tout bizarres, c'est seulement le deuxième fois qu'il neige en 8 ans de notre vie ici, ils n'ont pas l'habitude! Du coup, je me trouve un peu nulle d'avoir voulu être plus maline que la météo, courir sur un sol enneigé, très peu pour moi.
Au petit déj, je gamberge en me disant que je n'ai pas le choix si je veux considérer avoir couru cette semaine.
J'ai 1h15 à faire, je vais y aller, même pas peur! Soyons honnête, il a neigé mais pas non plus énormément, c'est juste pour dire que...
J'ai comme l'impression qu'Alain évite mon regard ce matin... peut-être a-t-il peur que je lui demande de m'accompagner hihihi!!! (il m'avouera honteusement dans la soirée que OUI!).
A 11h15, fière de moi comme tout et histoire de le rendre très très coupable, je pars courir.
Pendant que j'enfilais mes 3 couches en haut, mes 2 en bas (collant sur collant c'est mieux!), mes gants, mes 2 buffs et mon bonnet, le vent s'est levé, le soleil aussi et tout ce petit monde a fait fondre la neige en un rien de temps! C'est presque irréel! La température est montée à 7°c, je vais avoir chaud c'est sûr!
Je décide de faire l'A/R jusqu'au zoo, 12 km en tout. Au bout de 3 km, j'enlève le bonnet, le buff N°2 passe en bandeau et les gants finissent dans mes poches. J'ai le vent dans le dos, il est assez violent, je sens que le retour va être coton! Je suis heureuse de courir dans d'assez bonnes conditions. Je n'ai plus mal au dos. En revanche, mon talon est sensible pendant tout la sortie, zut! 1h16 et 12 km plus tard, je rentre heureuse et félicitée par l'être aimé qui a préparé le repas et est aller chercher le pain! Ah oui quand même!
Bref, une semaine pas si moche;o)

mercredi 1 février 2012

J'ai testé... le galet de massage

Le voici:
C'est Virginie qui en avait parlé plusieurs fois sur CAF et FB et l'autre jour, j'ai décidé de regarder tout ceci de plus près et je l'ai commandé sur le site Nature et découvertes.

Une petite semaine plus tard, mon petit facteur me l'a livré, je l'ai essayé le soir même après une séance.

C'est un galet de massage par "tapping" et il est censé détendre, dénouerraffermir l'épiderme (Mouais...). Moi, ce qui m'intéresse, c'est éliminer les tensions induites par la CAP et j'avoue que je suis conquise.
Il est un peu lourd de premier abord mais à part ça, il est parfait.

Deux fonctions: vibration seule et vibration avec chaleur. Il possède en plus une petite mollette afin de régler l'intensité du tapping, il suffit de trouver ce qui convient en fonction du moment mais également de la partie du corps.
Je l'ai tout d'abord testé sur mon ischio gauche un peu "raidoulloux" depuis quelques temps et il m'a fait grand bien.
Je l'ai aussi passé sur mes mollets et là j'avoue que c'est chatouilleux sur les jumeaux internes! avec un peu d'entraînement, on devrait y arriver.
Enfin, je l'ai utilisé ce WE sur le bas de mon dos douloureux et là, c'est réellement efficace et agréable, à suivre...

Petite précision: il faut l'utiliser avec de l'huile parce que cela facilite le massage mais également parce que le massage est sublimé par l'huile. Avec mon huile à l'arnica, je suis aux anges!

Petit bémol: j'en parle plus haut, ce galet est un peu lourd mais grâce à sa sangle, on le tient bien en main et on s'y habitue vite. Il faut également se trouver dans une posture et endroit confortables (lit, fauteuil, canapé) et suffisamment près d'une prise électrique, moyen sur ce point...

Conclusion: pour moins de 40 euros, on a un appareil efficace, assez agréable d'utilisation et pas un simple gadget, un petit bijou pour le bien être!

lundi 30 janvier 2012

Les dieux de la CAP seraient-ils à nouveau contre moi?

Lundi 23: aujourd'hui, je commence un petit plan hivernal sur 3 semaines, plan que j'ai déjà réalisé à 3 reprises, je l'aime bien. Il s'articule sur 4 jours/ semaines, mais cette fois-ci, je vais l'arranger à ma sauce, pas question de faire du 4 fois/ semaine systématiquement, je ne m'en sens pas encore capable.
Je pars donc de la maison sur la piste cyclable où se trouve une belle côte bien pentue,mais courte, tout ce qu'il faut pour la séance prévue: 20' échauffement + éducatifs + 2 séries de 5 côtes de 12", récup 3' entre séries et 10' de retour au calme. Il fait doux et presque beau, je suis contente de reprendre un peu de dynamisme. Cette séance courte et tonique me fait un bien fou! Je suis un peu prudente sur la première série, les démons de la blessure me sont toujours collés aux fesses, mais je me détend petit à petit et tout passe très bien. La séance dure seulement 40' mais j'ai le sentiment d'avoir bien travaillé. 25' d'étirements après la douche, je passe une bonne soirée.

Mardi, il était prévu 45' en endurance, mais je remplace par une séance en salle l'AM: 15' de vélo, puis 150 abdos + muscu haut du corps (en partie avec haltères comme me l'a recommandé mon ostéo ) puis à nouveau 25' de vélo et quelques étirements pour conclure cette belle séance, je suis contente! Mon coude et sa tendinite vont bien mieux.

Mercredi, repos.

Jeudi: seconde séance CAP de la semaine. 
Au programme: 30' échauffement + 1'/2'/3'/3'/2'/1' à 90% FCM, récup 50% et enfin 10' retour au calme. Là encore, j'ai la pétoche avant de partir. La dernière fois que j'ai fait de la VMA, je me suis bousillé l'Achille Gauche, il faut que je passe le cap. Je vais sur la piste de Gujan, c'est le seul endroit pratique près de la maison pour fractionner. Mon ischio gauche est super raide depuis 2/3 jours et encore plus depuis ce matin! Il est clair que je psychose grave mais il faut aussi que je fasse tomber toutes ces barrières qui me pourrissent la vie. L'échauffement me fait du bien, tout se décontracte, ça passe bien. Bon, quand faut y aller! Je reste très "en dedans" pendant la première portion, clair que je ne suis pas à 90%, je reste en allure semi, tant pis, je préfère y aller tout doux pour aujourd'hui, retrouver la confiance qui me fait tant défaut.
Lorsque je rentre à la voiture en trottinant, je suis soulagée d'avoir passé cette séance sans bobo même si je trouve mon talon gauche un peu sensible. Après la douche,mes  25' d'étirements me font du bien même si je ne me sens pas du tout fatiguée, mon ischio est tout détendu!
Par contre pour mon talon, c'est chaud!!!

Vendredi matin, je me lève vers 5 h pour aller aux toilettes, je ne peux pas poser mon pied sans une grosse douleur, je suis dégoûtée! J'ai déjà eu ce genre de truc par le passé, il fait partie de ma longue liste de "tamalouterie", mais je suis quand même verte! Je glace, la douleur passe un peu, je décide tout de même d'aller à mon cours de Balance à 10h30... Un heure sur ce nouveau cours, je me concentre un max sur mes exos, mais je pense aussi à ma séance d'1h15 de demain que j'avais prévue de faire au Petit Nice, je sais que j'aurai trop mal... j'ai le moral à 0 :o((
Je vais faire mes courses en début d'aprem, j'ai le pied gauche super chaud dans mes boots, j'en ai ras la bol... Je décide de remplacer ma sortie de samedi par du VTT, pas du tout envie d'aggraver les choses.
Décidément, dès que je commence un plan ces derniers mois, c'est le bazar!

Samedi matin: la pose du pied est toujours douloureuse mais la douleur s'estompe très vite. Je suis tellement déçue de ne pas aller courir que ma sortie VTT avec Alain ne me m’enthousiasme qu'à moitié...
Bon aller tant pis, il faut faire contre mauvaise fortune bon coeur, c'est pas mal le vélo et puis l'avantage c'est qu'on peut en faire avec une grosse douleur au talon! Je me couvre bien, il fait tout juste 5°C et humide. Dès que je monte sur mon vélo, j'oublie ma déception et c'est parti.
Nous mixons bitume et forêt, découvrons de nouveaux chemins vers Gujan, le soleil s'invite même pendant notre sortie! Tout se passe bien pendant 1h20, les 10 dernières minutes vont être épiques:

1/ En franchissant un petit trottoir sans rien faire de spécial, une douleur fulgurante me transperce la bas du dos côté droit, ma jambe en appuyant sur la pédale ne répond plus. Je souffre horriblement, je ne comprends pas, je n'ai que très rarement mal au dos! Mais bord**, qu'est-ce qu'il se passe???? Mer**!
Je ne sais pas si je me suis crispée, si je commençais à avoir trop froid, en tout cas c'est trop nul, je n'ai rien fait de violent. J'essaie d'oublier, je continue en serrant les dents. Je m'arrête à la boulangerie malgré les protestations d'Alain qui dit que la pluie arrive.
2/ Dès que je ressors, une averse de grêle s'abat sur nous, c'est terriblement froid, je hurle! Jai froid, j'ai mal! Nous sommes seulement à 5' de la maison! Bref, nous rentrons au chaud prendre un bon repas et une bonne douche réconfortants.
Mais ma douleur au dos me paralyse, une vraie mémé. Décidément oui, les dieux de la CAP sont contre moi!
Je glace mon talon, je mets mon dos contre une bouillotte, je masse, j'étire.
La tamalou dans toute sa splendeur!

Dimanche, ça va mieux ma mal encore surtout le dos. Alors je prends une décision que me fait habituellement horreur: prendre des AINS. Mon gynéco m'en avait prescrit pour ma petite intervention de décembre. Une boîte achetée pour un comprimé prescrit, mais où est le trou de la sécu? Ben là!
Du coup, je décide d'en prendre 2 pendant 3 jours, tant pis si cela va à l'encontre de mes principes... Comme je n'en ai pas pris depuis 20 ans, forcément  mon corps réagit bien, ça soulage. En tout cas, je me sens bien mieux quand je bouge que lorsque je suis assise.  J'attends quelques jours et si cela ne s'arrange pas, j'aviserai. En tout cas, c'est la tuile!

dimanche 22 janvier 2012

Semaine très allégée...

Lundi 16: Je vais chez mon ostéo bien aimé à 10h. Je ne me sens pas trop de travers par rapport à d'autres périodes de l'année, mais quelques petits  tiraillements m'ont poussée à prendre RDV. Je commence à bien me connaître et je peux dire que tous les trimestres , au plus tous les 4 mois, j'ai besoin d'y aller. Effectivement, rien de grave, la cheville gauche bloquée me provoque des douleurs jusqu'au fessier, ma tendinite au coude gauche et l'épaule gauche qui est douloureuse, je ne suis décidément pas copine avec le côté gauche en ce moment!!! Au bout, d'une heure, je ressors détendue avec plein de conseils d'étirements, tout va bien.

Mardi, repos. j'en profite pour coudre les buffs que j'ai découpés dans des tee-shirts gagnés en course: un orange, 2 noirs, un blanc... Un peu étroits au bout du compte, mais ça va. L'AM, je vais chez le coiffeur refaire mon carré...

Mercredi, repos encore. Ben oui, je prends toujours 2 jours de repos en plus du jour de visite. Cela peut paraître beaucoup, mais je préfère un jour de plus qu'un de moins...
Les petits poussins du mercredi sont difficilement "canalisables" aujourd'hui, le groupe des garçons est intenable!!! Il fait beaucoup plus doux, c'est bien agréable.
A 18h15, je me rends à une conférence à la salle de sport portant sur la nutrition, rien de très nouveau pour moi. En revanche, je m'aperçois que beaucoup de filles présentes dans la salle n'y connaissent rien du tout. Cela me paraît toujours impensable de voir ce genre de truc!
Pas étonnant qu'on soit à côté de la plaque question diététique dans notre beau pays quand on voit que certaines personnes ne savent même pas que des pâtes ou du riz complets existent!!!
Question diététique, même si j'en connais un rayon, je suis loin d'être irréprochable en ce moment, je me fais donc toute petite sur le sujet et me garde bien de faire "péter ma science"!!!

Jeudi, reprise CAP!!! Il fait 12°C ce matin, je pars en bord de mer! Les premiers 500 m voient une petite mamie toute raide courir, c'est moi!!! Pffff... dingue ce que je me suis alourdie en 3 jours!!!
Heureusement, la mécanique se met assez vite en route et après une 1er kilo très "tortuesque", c'est parti! J'ose même un km allure marathon (5'41) après 4 km d'échauffement. J'ai super chaud!
J'ai pris ma ceinture gourde achetée vendredi pour la tester sur une heure, elle est parfaite!
Je me refait un petit km AM pour terminer à 5'37 sous un crachin souverain, cette sortie c'est du plaisir pur!!! Temps total: 58' pour 9.600 km.
A 17h45, je vais à la salle faire 15' de vélo + 1h de Body Balance. Pour une reprise, c'est une reprise! je suis vannée en rentrant à la maison... Je passe une super nuit.

Vendredi, j'ai les jambes super fatiguées toute la journée, je me décide à faire une petite sortie récup en fin d'AM.  Je n'aime pas trop courir 2 jours de suite mais là j'en ai trop envie. Je reste dans le quartier pour un mini run de 5.700 km et mes jambes s'assouplissent au fil des minutes... Je rentre contente de l'avoir fait. Je ne passe pas à côté de mes 25' d'étirements le soir... Et voilà pour ma semaine.

Ce matin dimanche, nous avions prévu une sortie VTT en forêt mais le temps pourri en matinée nous en a dissuadé. Pour "compenser", nous sommes allées chercher le pain à pied, j'ai même pris mon Garmin !!! 4km580 A/R en ... 50'!
Demain, je commence un plan structuré...enfin! Faut que je me bouge et que j'avance!